Amour

Un jour mon Prince viendra…

À toi mon futur mec, je t’écris cette lettre… Une sorte de warning sur ce qui t’attends et un petit guide pour t’en sortir (si tu t’en sors).

Cher toi, la future personne qui va partager ma vie,

Des centaines de personnes auront déjà lu cette lettre avant toi mais si tu l’as lis c’est que tu te retrouves sous l’appellation de « Monsieur Stitch », « Crush », « Amoureux », « Personne qui me supporte » et je ne sais pas si tu es chanceux ou totalement masochiste ce sera à toi de décider par la suite. Je ne sais absolument pas comment nous nous rencontrerons mais j’espère ne pas avoir fait les mêmes bêtises qu’auparavant. Si on s’est rencontrés sur une appli de rencontre (ce qui est probable à 90%) j’espère qu’on aura appris à se connaître auparavant et que je n’aurais pas fini chez toi le premier soir. Si on étaient déjà amis et bien tant mieux ça veut dire que j’aurais peut-être eu les couilles de faire le premier pas.

Il y a pleins de choses à savoir sur moi mais tu les découvriras au fur et à mesure. Cependant il y a quelques petits points sur lesquels je vais revenir ici car, comme tu le comprendras assez rapidement, je ne suis pas quelqu’un de très bavarde. Je pense, je cogite, je rumine, je fais des crises d’angoisse mais je ne viendrais pas forcément t’en parler. C’est un tort je sais mais je ne sais pas demander de l’aide. Alors il faudra que tu devines un peu. Ou au pire que tu ailles sur mon Twitter privé. Non je ne m’exprime pas énormément avec des mots (sauf à l’écrit) mais je suis quelqu’un qui le montre énormément. Alors si tu es en couple avec moi il faudra t’attendre à recevoir beaucoup d’attention. Des bisous, des câlins j’en veux tous les jours comme chante si bien Lorie. J’en veux mais j’en donne aussi régulièrement.

Je ne sais pas dire je t’aime.

Je ne te dirai pas je t’aime mais je te le montrerai par des gestes d’affection, par un bisou sur la joue, une main posée sur ton bras… ou une insulte ou une blague. Ouais ça c’est ma grande spécialité mais si tu saisis mon second degré alors tu comprendras que je t’aime vraiment. Je me donnerai à 200% corps et âme. Je serai la personne à qui tu pourras te confier, avec qui tu pourras tester tes blagues ou tes nouvelles recettes. Je serai celle qui te soutiendras dans tous tes projets, qui te poussera toujours plus haut, celle avec qui les blancs dans les conversations ne seront pas gênants et celle avec qui tu pourras te marrer h24 je te le garantis. Quand nous partirons en vacances je serai celle qui filmera tout pour se souvenir de chaque instant passé avec toi. Je suis celle qui te fera des papouilles, des massages ou qui te claquera les fesses quand bon me semblera. Ah et surtout, je t’enverrai des messages longs comme mon bras pour dire à quel point je tiens à toi, encore mieux, je t’écrirai des lettres parce que ouais, les lettres c’est trop classe.

Je veux pouvoir danser avec toi jusqu’à pas d’heure, me battre pour gagner une partie de Mario Kart, cramer notre dîner et qu’on en rigole, avoir le dernier mot sur ce qu’on commandera au japonais, voler la couette la nuit, me coller à toi quand j’aurai froid, te pousser hors du lit quand j’aurai trop chaud et surtout voler tes frites au McDo.

Je ne sais pas dire je t’aime mais je le penserai très fort et tu le verras promis.

Tout ne sera pas tout rose.

Notre relation ne sera pas parfaite, aucune ne l’est de toute façon. Je manque de confiance en moi et je serai persuadée de ne jamais être assez bien pour toi, de ne pas t’offrir ou te dire ce qu’il faut pour que tu m’aimes. Il m’arrivera d’être collante, d’être chiante, de pinailler sur un détail ou de bouder pour une bêtise. Je te promets de faire un effort pour ne pas être insupportable et prendre sur moi mais il est probable que je te demande de me rassurer parce que je suis comme ça. Je vais avoir peur, très peur, de tout, de te perdre, que tu ne m’aimes plus, que je t’aime mal bref… t’as compris le délire. Ce ne sera probablement pas facile tous les jours. J’aurai mes moments de doutes qui côtoieront ceux d’euphorie et de bonheurs. Je ferai des crises d’angoisse (j’ai bac +5 dans cette matière) mais si tu arrives à m’apaiser alors je pense que je ne me serais pas trompée en te choisissant.

Donc à toi qui lit cette lettre, je ne dis pas que je suis parfaite – loin de là – mais je te promets que tu seras bien avec moi, qu’on grandira ensembles, qu’on s’amusera, qu’on apprendra de nos erreurs et qu’on s’aimera.

Margaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.