Amour

Bon on en parle de cette « La théorie du like » ?

Il y a quelques jours, la chroniqueuse Agathe Auproux a fait parlé d’elle et pas forcément pour les bonnes raisons. Sur sa story Instagram elle a partagé une théorie, « la théorie du like ». Cet article n’est pas là pour en rajouter une couche sur le bashing qu’elle subi. Par contre autant s’intéresser d’un peu plus près à cette théorie.

Le message qu’a posté Agathe Auproux sur sa story Instagram

Plusieurs choses sont assez intéressantes à relever ici. D’abord les réactions que ce post a suscité forcément. Car s’il ne fait clairement pas l’unanimité, il y a une partie des gens qui valident cette théorie comme quoi liker la photo de quelqu’un du sexe opposé serait de la tromperie. Chacun.e a sa propre vision du couple basé sur ses convictions et aussi son vécu. Ici, cette idée très générique du simple like prend des mesures disproportionnées. Car finalement, cette jalousie qui émane de cette théorie ne reflète qu’une seule chose : le manque de confiance.

Si je n’ai pas confiance en moi, je n’aurai pas confiance en les autres

En matière de confiance en soi, j’en connais un rayon. J’ai eu un tel manque de confiance en moi au début de ma relation actuelle que j’en faisais des crises d’angoisse. Des peurs totalement infondées qui se répercutaient sur moi et forcément sur mon couple. La peur de l’abandon et cette dévalorisation constante entraîne un manque de confiance envers l’autre. Un manque de confiance qu’on ne peut pas combler seul.e. Évidemment une grosse part du travail provient de nous-même mais elle doit être épaulée par celle des autres et tout ceci commence par la parole. Comme je l’avais déjà évoqué dans mon article sur les relations amoureuses, la communication et savoir ce que veut l’autre est important.

Des bases solides c’est ce qu’il faut. Et se parler est nécessaire. Certes embêtant et parfois le sujet peut être difficile à aborder mais si ce n’est pas fait vous n’avancerez pas. Trouvez le moment opportun pour aborder le sujet, dites simplement que vous n’avez pas confiance en vous, que vous avez peur, que vous avez besoin d’être rassuré.e car c’est naturel d’avoir peur. D’autant plus si vous avez des vécu des expériences peu concluantes auparavant.

Vive les réseaux sociaux (ou pas)

Le problème de fidélité n’est pas un concept sorti du chapeau d’un cocu il y a quelques années. Non ce concept existe depuis belles lurettes mais il est vrai qu’avec l’avènement des réseaux sociaux et des applications de rencontre, la peur d’être trompé.e est d’autant plus présente. Les tentations sont tout autour de nous mais alors on en parle de cette histoire de like ?

Selon Agathe Auproux, « le like est une validation, une marque d’intérêt, une manifestation de sa présence« . Oui, factuellement c’est vrai. Nous apposons des likes à des photos que nous trouvons jolies, dont le contenu nous intéresse, à nos connaissances et aux gens auxquels nous sommes abonnés. Jusque là nous sommes tous d’accord. Là où le propos relève de la jalousie voire de la toxicité, c’est lorsqu’elle dit : « faire la démarche de liker cette photo induit que tu lui signifies ton appréciation. Et c’est malvenu, car je te rappelle que tu es en couple ». Ce qui sous-entend donc que like = tromperie. Or il est tout à fait normal de trouver quelqu’un de beau sans avoir une quelconque attirance. D’autant plus qu’Instagram est un réseau basé sur l’apparence, sur le feed de chacun et la qualité des photos. Sans compter que c’est également une course aux « likes ». Si vous êtes persuadé.e que votre moitié qui a liké la photo de X est attiré par cette personne, alors on en revient au premier point sur le manque de confiance en soi. Entre liker et flirter/draguer/embrasser/coucher il y a une énorme différence. Un like n’induit en rien.

Dans mon fil Instagram je suis autant d’hommes que de femmes et je like autant de photos d’hommes que de femmes parce que j’aime leur contenu, parce qu’ils/elles sont beaux/belles oui mais ça ne veut pas dire que je suis attirée par ces personnes. Cela reviendrait à contraindre nos libertés alors qu’un couple est censé être basé sur la confiance. Si la confiance n’est déjà pas là lorsqu’il s’agit d’un simple like, je n’imagine pas ce que ça doit être dès que l’un ou l’autre sort en boîte ou autre.

Nous pourrions débattre des heures sur cette théorie du like entre ceux qui la défendent bec et ongle et sur qui trouvent ça révoltant. Il n’empêche que cela pose de vraies questions sur le couple, la fidélité et la ligne assez floue qu’elle dessine. Mais une chose est sûre, parler est la clé de tout. Parler avec sa moitié pour se comprendre, pour émettre ses doutes et ses craintes mais vivre dans une situation où il t’es interdit (ou à l’inverse que tu interdis) de liker les photos des personnes de sexe opposé est tout sauf sain.

Allez des bisous (de plus près mais avec un masque), Margaux.

21 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.